Tchakø – Les mots bleus

Tchako a 24 ans, « une phrase inutile » qui pourtant en dit long sur les talents précoces de cet artiste complet.  

Originaire d’Albanie, il grandit dans une famille de musiciens et d’artistes. La voix lyrique de sa mère résonne tout autour, des plus grandes scènes du pays jusqu’à l’opéra de la Diva Plavalaguna dans le Cinquième Elément. Mais Tchako veut se former sa propre oreille.

Il écoute beaucoup de musique, en joue souvent, apprend le piano. Des claviers au clavier il n’y a qu’un pas, alors sur son ordinateur il bidouille, recherche, sample, invente et se réinvente, part étudier le son à la Point Blank Music School de Londres et finit par produire.  
Ses premiers morceaux sont atmosphériques, jouent des contrastes. Entre l’apesanteur et l’urgence, la rêverie et le cauchemar, le léger et le brutal, il explore les émotions comme on entreprend un long voyage.

La musique électronique lui permet de transcender l’ensemble de ses passions : des influences musicales sans limite, une approche très cinématographique, la recherche quasi chirurgicale du son parfait, une attention inconditionnelle portée aux arrangements et un amour profond pour les mélodies. 
Tout comme il a pris possession de son corps en le couvrant d’encre bleue, il illustre sa musique par la vidéo et la photographie. Single après single il construit sa carrière comme on réalise un film : en ajoutant un nouvel angle, en intégrant un nouveau personnage.

Aujourd’hui celui qu’il invente fait entendre sa voix. Si elle rythmait déjà certaines de ses productions passées, elle est aujourd’hui parfaitement audible, assumée, et se glisse dans les mots du géant Christophe, avec force et humilité à la fois. 
« Les Mots Bleus » est un nouveau rebondissement dans l’intrigue Tchako. Comme un aparté dans le texte, une didascalie qui, comme souvent, en dit beaucoup plus qu’il n’y parait. 
Christophe était de ces artistes novateurs qui s’affranchissent des codes, mélangent les cordes et la musique électronique, naviguent à vue au gré des rencontres, et s’aventurent sur des territoires qu’eux-même ne connaissent pas. 

Tchako lui a 24 ans, « une phrase inutile » en apparence qui pourtant signifie que ces Mots Bleus, nés 20 ans avant lui, trouvent plus que jamais une résonance particulière chez les nouveaux aventuriers de la musique. Par delà les âges, par delà les genres.

https://www.instagram.com/tchakomusic/?hl=fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *