SORTIE DU NOUVEL ALBUM D’EVIE LE 30 MARS: «une ballade nostalgique, poétique et subtile entre pop et chanson française»

Auteure, compositrice, interprète dans la lignée de la chanson française à textes, EVIE, de sa voix grave et claire, s’applique à trouver le mot juste pour exprimer de façon simple et universelle ce qui touche à l’intime.
Evie a chanté en anglais, puis en français, joué du piano, puis de la basse, traversé quelques orages et quelques tristesses, gardé le cap et la passion.
D’abord chanteuse du groupe TIME FACTORY, avec l’album No Borders (première partie de Feist et Rachid Taha), elle devient ensuite la voix féminine du duo PARIS BRUNE en 2010 (L’oeil du Cyclone, Jive Epic).
En 2011, elle commence un projet solo, reprenant pour l’occasion le surnom que quelques amis lui ont donné : EVIE.
Dans ce nouvel opus mixé par Clive Martin, Evie, à la basse ou au clavier, entourée par Marion Trigo (violoncelle) et Guillaume Laprade (guitare) installe un univers lumineux et éclectique qui distille quelques boucles électro mixées aux sons organiques, aux frontières de la pop, du rock et de la chanson française.
S’ouvrent ainsi d’autres lendemains et de nouveaux horizons sonores, intenses et poétiques, vers lesquels Evie nous emmène au gré de ses BALADES ELECTRIQUES.

Mêlant sentiments, émotions et révoltes, lʼalbum, porté par des mélodies entêtantes et des textes profonds raconte comme une tranche de vie … Avec pour fil conducteur la voix.
Il y a d’un côté l’espoir, incarné par « La Ligne » et ses envolées de cordes qui semblent tirer vers la lumière et un avenir plus clair.

De l’autre, il y a le désenchantement. On y retrouve les thèmes de la rupture (« Game Over »), de l’abandon comme « sur un quai de gare », acoustique au piano, ou dans la chanson « Et quand viendra le jour », histoire d’une poupée laissée dans un magasin de jouets.
Il y a aussi un regard, parfois ironique, parfois mélancolique sur le monde et les gens autour … l’idée de quitter le métro, la ville et ses « Foules absurdes », ou le plus léger « Lola », portrait d’une femme enfant évaporée.
En marge du reste de l’album, « Des heures », véritable plainte aux accents trip-hop, dévoile une atmosphère sonore de prédilection, également présente dans la chanson « Puisque les clowns », écrite suite aux attentats de Charlie Hebdo.
Enfin « Un dernier verre », titre composé autour d’un riff de basse, qui sonne comme un épilogue pour annoncer déjà la couleur, le chemin à venir…

 
PROCHAINES DATES DE CONCERT 
 

Vendredi 16 MARS à FGO BARBARA (Paris) Scène Découverte « Musiciennes & Co » 

Mercredi 4 AVRIL AU CAVERN (Paris) EVIE + HAAKAN

Jeudi 5 AVRIL – The Spring Board Show à O’GIB (93) 

Samedi 21 AVRIL à LA PASSERELLE DISQUAIRE CAFE (Paris) Soirée spéciale « j’ai rendez-vous avec »

Dimanche 29 AVRIL Sélection Clermont Carrefour de la Chanson 2018 (Clermont-Ferrand, 63)

Vendredi 1er JUIN à la Guinguette de Coulanges/Yonne (89) 

Samedi 2 JUIN au Fournil de Lucy/Yonne (89)

Samedi 14 JUILLET à la SCENE FARAMINE (89) 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *