Samia Tawil : Freedom is now

  • Qui est-elle ?

Depuis son live très remarqué au prestigieux Montreux Jazz  Festival en juillet dernier, Samia Tawil, auteure/compositrice/ interprète  Soul-Rock ne cesse de faire parler d’elle…

Née à Genève d’un père syrien/suisse et d’une mère marocaine auteure de romans poétiques, Samia Tawil s’est très tôt découvert une passion pour les mots: ceux qui touchent, témoignent et s’indignent, ce qui la mène très vite à l’écriture de chansons, lui permettant de mettre en musique sa poésie rebelle. Elle se perfectionne par le biais de stages de théorie et de chant à New-York et au Canada, développant ainsi un répertoire de sa composition qui attira l’attention d’un petit label new-yorkais, sous l’égide duquel elle sortira un premier single à l’âge de 14 ans, et se produira entre autres sur la scène du Hit-Machine(M6), aux côtés de Björk et de Shery Crow. En parallèle à cela, elle pratique aussi la danse, domaine au sein duquel elle deviendra par la suite professionnelle, dansant entre autres au sein de la torupe de Janet Jackson à Vancouver.

Peu de temps après, Samia se libère de son contrat d’adolescente durant lequel elle sentait le véritable sens de sa musique lui échapper, et décide de s’entourer de musiciens afin d’enfin se diriger vers une style rock beaucoup plus organique. Parallèlement à ses études de Philosophie, Samia Tawil se penche donc plus avant sur ses compositions, qu’elle peaufine entourée de ses nouveaux musiciens, ce qui la mènera à tourner dans différents pays d’Europe, et à enfin enregistrer dans un studio analogique réputé d’Amsterdam son premier album complet: une perle d’émotions soul/rock aux accents vintage.

« Mon album  Freedom is now est une ode à la liberté que l’on doit à notre humanité. C’est un album dans lequel de nombreuses chansons tendent à dénoncer certaines injustices sociales dont j’ai pu être témoin en vivant dans différentes régions du monde, entre autres au Brésil, au Maroc, ou encore au Moyen-Orient, et qu’il me tenait à coeur de soulever. D’autres chansons sont plus intimes et tendent vers une libération émotionnelle beaucoup plus personnelle. Ma chanson Pray, dont est tiré le premier clip de l’album, se situe justement à ces deux niveaux à la fois, et est une chanson à la fois personnelle et à portée sociale, qui rend hommage à un squat d’artiste berlinois qui a malheureusement été détruit récemment, et pour lequel il me tenait à coeur d’adresser cette « prière » en chanson; une prière pour que la liberté d’expression et de choix de vie qui régnait en ce lieu persiste, malgré que le lieu ne soit plus. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *