Soan & Tryo: le clip d’ « A L’ancienne » avec Juliette Arnaud, Chinois Marrant et Marion Seclin

Soan est de retour en duo avec Tryo pour le titre A l’ancienne, que l’on retrouve sur son dernier album 10 ans de Cavale. Après 5 albums studio et une victoire à La Nouvelle Star en 2009, c’est le moment pour Soan de célébrer ses 10 ans de carrière et de proposer un Best of de ses meilleures chansons, totalement ré-arrangées et ré-enregistrées. Dix ans de cavale compte 14 titres dont 5 chansons inédites. Soan y revisite ses compositions à la source, en repartant des guitares-voix.Véritable tube en puissance, A l’ancienne sonne le début du printemps avec sa rythmique reggae implacable. «  Dis moi que tu m’aimes, dis moi que tu m’aimes, à l’ancienne, à l’ancienne » chante le duo événement Soan et Tryo. 
Dans le clip, on retrouve des invités de marque : Juliette Arnaud, Chinois Marrant et Marion Seclin qui se retrouvent tous embarqués avec Soan dans une aventure à l’ancienne.

Se plonger dans l’univers de Soan, c’est découvrir un monde d’intense poésie qui prend racine à la fois dans l’interprétation emphatique de Jacques Brel et dans l’énergie du désespoir soufflée par le grunge des années 90. Mais Soan a aussi eu l’idée d’inviter à leurs côtés Eddie Vedder (Pearl Jam) et Kurt Cobain (Nirvana) pour composer des textes introspectifs, qui reconstruisent mot à mot son monde intérieur, éclaboussé par ses trop pleins d’émotions, et qu’il chante en torturant les phrases pour en faire sortir la sincérité jusqu’à la dernière goutte.Dans ses paroles, dans ses gestes, la chanson française se réinvente et s’époumone avec la rage d’un groupe de grunge.Dix ans de Cavale, le titre de cet album ne pourrait mieux résumer le parcours de Soan. Durant ces dix années, de ses débuts fracassants à la Nouvelle Star jusqu’à aujourd’hui, l’artiste a toujours été un hors-la-loi, il a toujours frayé en dehors des sentiers battus, traçant sa route sans se plier, jamais, à aucune règle.Pour fêter ses dix ans de carrière, il a préféré comme toujours prendre des risques en retrouvant le chemin des studios d’enregistrement pour nous offrir ses plus beaux morceaux dans des versions réenregistrées. On a un immense plaisir à retrouver ses titres des tout débuts : Emily, Parisiennes, Séquelles, Putain de ballerine, A tire d’aile et d’autres plus récents mais non moins marquants comme Jupiter dans de nouveaux arrangements travaillés spécialement pour l’occasion. Pour que cette compilation n’en soit définitivement pas une, Soan nous offre en plus ici plusieurs inédits. Pacifier ou Erratum prouvent s’il en était encore besoin que le chanteur reste l’un des tous meilleurs songwriters de sa génération.Quant au single A l’ancienne, en duo avec Tryo, il a incontestablement tous les atouts d’un tube en puissance avec sa rythmique reggae imparable et son refrain entêtant.

Facebook

Les punk rockeurs Lillois BARE TEETH annoncent la sortie d’un split international!

La nouvelle est enfin sortie ! Les punk rockeurs Lillois Bare Teeth sortiront prochainement un split international, aux côtés de Nerdlinger (Australie), Down Memory Lane (Canada) et de Shames (Japon).

Le split, intitulé “Bridging Oceans”, sera disponible à partir du 26 Avril 2019 via 4 labels : Pee Records (Australie), Disconnect Disconnect Records (UK), Thousand Islands Records (Canada) et Attractive Records (Japon). Au sujet de ce split, le chanteur de Bare Teeth, Greg, commente :

À la base, c’est une idée qui me trotte en tête depuis longtemps. J’ai toujours trouvé que le split était un excellent moyen de découvrir d’autres groupes et de s’entraider mutuellement. On profite de la communication et de la fanbase de chaque groupe et ça permet de tisser des liens forts.

On connaissait déjà Shames pour avoir joué avec eux au Japon en 2018 et ils sont vraiment excellents. Même si on ne s’est jamais rencontrés avec Nerdlinger et Down Memory Lane, on connaît bien leur musique.”

Retrouvez Bare Teeth sur :

FacebookInstagramTwitterSpotifyYouTubeBandcamp

EARTHSTATE: Le groupe révèle son premier album éponyme !

Earthstate est un groupe de pop punk / rock alternatif originaire de Lyon. Le groupe est composé de Stane (chant), Maxime (guitare), Dewi (basse) et de Thibs (batterie). Leur rencontre en 2016 marque les fondements d’une amitié solide, fruit de leur volonté de monter ensemble un ultime projet afin d’y partager leurs influences, leurs ambitions et leur vision du monde.  

Les deux premiers singles, « No Turning Back » et « Castle in the Air », disponibles depuis début 2019, ont annoncé la couleur de leur premier album éponyme. Disponible partout depuis le 22 Mars, cet album vous offre à la fois des refrains catchy, des riffs endiablés, mais aussi des mélodies ambiantes et modernes ! Au sujet de ce premier album, le groupe nous révèle :
« L’album raconte l’histoire d’un personnage fictif, qui décide de quitter sa routine quotidienne dans laquelle il ne se plaît pas vraiment. Il part affronter l’inconnu et se construire une vie meilleure dans un endroit qu’il ne connaît pas (une autre ville ? Un autre pays ? Une autre planète ?). Chaque titre de l’album va raconter une étape de son voyage, du moment où il prend la décision de partir, jusqu’à son arrivée dans son nouvel el-dorado fictif, Earthstate ». 


Il passera ainsi par toutes sortes d’aventures et d’émotions, de l’euphorie au doute, en passant par la peur et la détermination. Ce récit de voyage ne sera volontairement pas évident à la première écoute ou à la première lecture des paroles, le but étant que l’auditeur puisse également comparer chaque étape vécue par notre personnage, à des événements de sa vie de tous les jours. Par exemple, le premier single « No Turning Back » parle de l’importance de décisions irréversibles que nous devons parfois prendre, et des conséquences que nous devons assumer ensuite. »


Le groupe continue : « Au final, le message principal de l’album est que rien n’est insurmontable si vous vous en donnez les moyens, quels que soient les obstacles que vous rencontrerez sur la route et qui vous empêchent de vous lancer par peur de l’échec. La vie est bien trop courte pour se morfondre dans une routine écrasante qui nous empêche d’être heureux. Si vous avez des projets, des rêves, des passions : lancez-vous ! Comme le dit l’expression, « Qui ne tente rien n’a rien ! » »

Le groupe indie pop-rock Français PVLSAR révèle son single: « Thunder »

Entre Depeche Mode et M83, le groupe d’indie rock/pop français P V L S A R nous livre aujourd’hui un premier extrait de son nouvel album à venir en 2019 avec son single « Thunder »

Formé en 2016, P V L S A R fait se rencontrer un univers musical inspiré de Dépêche Mode ou M83 avec un univers visuel inspiré des films de science fiction. Avec beaucoup de sensibilité et de finesse, P V L S A R raconte à qui saura en rêver, une véritable fable visuelle et auditive.
Le spectateur est invité par une poésie futuriste au sein d’une ode à l’humanité sensationnelle, imagée avec l’esthétique épurée du cinéma SF. Après « The Days We Remember », premier album planant présenté sur des scènes telles que le Jardin du Michel et Les Inouïs Du Printemps de Bourges entre autres, le groupe prépare son deuxième album  aux teintes vaporeuses et sonorités eighties: Préparez vous pour le second voyage…

Le groupe : « On rend hommage aux années 80 à travers un titre qui sonne générique de manga, à l’imagerie des films 80’s de SF/action, la pochette du sigle est design pour rendre hommage a ces affiches de film comme Commando ou Cobra et se rapproche même du manga/film Speed Racer. Ce qui annonce un tout nouvel univers pour PVLSAR sur le second album. »

James Eleganz présente aujourd’hui le clip de The Only One

James Eleganz, l’ancien leader du groupe Success au début des années 2000, revient du mythique studio américain Rancho De La Luna avec dix chansons à la saveur classic rock sous le bras. L’album The Only One a été produit par une figure légendaire, Larry Mullins aka Toby Dammit (ancien batteur des Stooges, et clavier de Nick Cave).Album solo au romantisme noir, The Only One est une invitation au voyage sur fond d’americana avec laquelle on retrouve une autre pointure légendaire du rock en la personne de Mike Watt, bassiste des Stooges et fondateur des Minutemen.Pour la petite histoire, James Eleganz est le premier français à enregistrer au légendaire studio Rancho de la Luna en Californie où tant de disques mythiques (Queens of the Stone Age, Arctic Monkeys, Marc Lanegan…) ont vu le jour.
Après avoir dévoilé en premier extrait il y a quelques mois le clip de Lasso The Moon, James Eleganz présente aujourd’hui le clip de The Only One, nouveau volet de ce qu’il a nommé The Californian Trilogy, qui laisse encore espérer une autre vidéo par la suite.

De bien heureux hasards, c’est ainsi que pourrait s’intituler l’aventure de l’enregistrement de The only One de James  Eleganz.Lorsque le chanteur de feu Success, enregistre les maquettes de ses nouvelles chansons, il n’imagine pas une seconde que ses premiers pas de songwriter vont le mener en Californie et à Berlin.James Eleganz rencontre Isabelle Chapis, boss du label ZRP, en marge d’un concert de Nick Cave. Enthousiasmée par les démos du rennais, elle décide de produire l’album et se met en quête d’un réalisateur artistique. Elle ne le savait pas mais celui qu’elle cherchait se trouvait à quelques mètres, sur la scène du Zénith. Toby Dammit est, en effet, le clavier des Bad Seeds et fut longtemps batteur d’Iggy Pop, les deux piliers artistiques de «l’élégant».Dammit choisit un studio mythique, situé en plein désert, le Rancho de la Luna (Queens of the Stone Age, Iggy Pop, Arctic Monkeys, etc.) James Eleganz devient donc le premier artiste français à y enregistrer… Avec l’arrivée dans le projet de Mike Watt, fondateur des Minutemen et bassiste des Stooges, l’aventure prend des airs de conte de fée.Les pierres mouvantes de Joshua Tree et leurs vibrations chamaniques ont à coup sûr imprégné le son de l’album qui s’éloigne de l’esthétique post-punk des maquettes très influencées par Magazine ou encore Television. Originaire du Tennessee, le producteur-batteur propose au français d’arranger certains titres dans l’esprit « Outlaw » de Nashville. Pour européaniser ce son « Americana », ils décident ensemble de mixer l’album à Berlin au Candy Bomber Studio, situé au coeur de l’ancien aéroport de Templehof, l’antre de Ingo Krauss.The only One est un album d’un romantisme noir, composé de dix chansons qui sont une variation autour d’un amour maudit et autodestructeur. Elles sont hantées par la figure féminine de l’hystérie, chère à Andrej Zulawski (PossessionL’important c’est d’aimer).Ambitieuses, héritières des classiques du rock et de la folk (Bob Dylan, Gram Parsons, Lou Reed ou encore Townes Van Zandt), elles en ont la sauvagerie et l’efficacité mélodique. S’y affirme cependant le style très personnel de James Eleganz qui excelle à mettre en scène l’extravagance de son théâtre intérieur.Pour illustrer cet album, James a écrit un triptyque vidéo, The californian Trilogy, tourné dans les paysages désolés de Bombay Beach, et sur les plages bretonnes de son enfance.

Facebook

loading