MANDO DIAO continue à relever de nouveaux défis et à redéfinir la musique pop.

Les statistiques révèlent une productivité impressionnante. Depuis 2002, MANDO DIAO a sorti 7 disques vendus à plus d’1,5 millions d’exemplaires dans le monde! En 2013, l’album Infruset est devenu un phénomène national en Suède en décrochant le quadruple Platine et en restant N°1 pendant 17 semaines. Le single « Infruset » est resté 167 semaines dans le Svenkstoppen, dont 86 à la première place. Le groupe a donné plus de 1500 concerts dans plus de 30 pays, et il a assuré la tête d’affiche de grands festivals partout dans le monde. Ses clips ont tourné partout avec des dizaines de millions de vues sur YouTube. Il a sorti des compilations de faces B et de ses plus grands succès, ainsi qu’un album MTV Unplugged. Nombre de ses contemporains ont disparu, mais MANDO DIAO continue à relever de nouveaux défis et à redéfinir la musique pop.

MANDO DIAO a toujours fait les choses à sa manière en suivant sa vision artistique et ses influences. Il n’a jamais choisi la voie facile et a toujours préféré explorer de nouveaux territoires, que ce soit d’inspiration folk, comme avec « Never Seen the Light of Day », la collaboration avec les frères Salazar, des producteurs de hip-hop, pour « Give me Fire », ou les poèmes suédois séculaires de Gustaf Froding sur Infruset. Toujours tourné vers l’innovation, MANDO DIAO a très tôt testé et adopté de nouvelles technologies comme les réseaux sociaux avant Facebook et Myspace, les films en 3D, la réalité virtuelle pour les illustrations d’Aelita, les applications pour téléphones portables et le premier album sorti en audio 3D. Son goût pour le sport lui a valu de se produire lors d’évènements footballistiques majeurs, les Jeux d’Hiver de l’Arctique, lors de championnats de ski et de snowboard, de matches de boxe, de championnats de Formule 1 et de DTM. Il a aussi écrit la chanson officielle pour le championnat du monde 2015 de crosscountry, « Love Last Forever ».

Célèbre pour ses sonorités rock’n’roll classiques, MANDO DIAO considère la musique comme un artisanat. Ses membres jouent tous de plusieurs instruments, sont producteurs et auteurs-compositeurs. Ils ont commencé leur carrière avec de profondes racines rhythm and blues, mais ils sont aussi influencés par les Beatles, les Rolling Stones et les Kinks. Avec le temps, ils ont incorporé plus de pop et de dance, sans jamais abandonner l’énergie et l’attitude du bon vieux rock’n’roll couplé à la voix mélancolique caractéristique de Bjorn. Le public adore leurs concerts, car ils débordent d’énergie et offrent un éventail varié de leurs tubes, mais aussi des parenthèses musicales inattendues.

À l’heure actuelle, MANDO DIAO prépare Good Times, son huitième album, sorties prévue pour le 12 Mai prochain (BMG).

Ce disque illustre le contraste régulier entre la musique aussi entraînante que rythmée du groupe et ses thèmes sombres et personnels. L’enregistrement de l’album a commencé par une session dans une cabane sur l’ile de Gotland, avant de se poursuivre au studio BD-POP dans la cité nordique de Lulea. Après le départ de Gustaf Noren, le groupe a trouvé une énergie et une dynamique nouvelles dans son processus créatif.

« Tout le monde a écrit sur l’album, et c’est vraiment sympa. C’est la première fois. Tout le monde a joué un grand rôle dans chaque chanson. » Bjorn Dixgard.
Le groupe produit lui-même le disque, ce qui est naturel au regard de son expérience dans le domaine. Cela fait plusieurs années que Patrik possède un studio et qu’il participe à la production de MANDO DIAO Daniel et Carl Johan ont tous les deux un studio et produisentaussi de la musique. L’arrivée de Jens contribue d’autant plus qu’il a géré un studio à Stockholm pour une société de renommée mondiale. Il a d’ailleurs signé un certain nombre de tubes. « Nous le produisons tous ensemble, et nous nous amusons beaucoup ! » Bjorn Dixgard.
D’autres sessions se sont déroulées aux studios Ingrid et Wolfsound, à Stockholm, mais c’est leur escapade au studio Silence, dans la campagne suédoise, qui a vraiment posé les bases de l’album. Laissant derrière eux leurs téléphones et le confort du monde moderne, les musiciens ont pénétré dans un studio à l’ancienne, presqu’oublié par les groupes d’aujourd’hui.

« Ici, il ne s’est rien passé depuis, genre, 1985. Nous avons essayé de dénicher quelque chose de plus moderne qu’un magnétoscope et un magnétophone, mais on a juste trouvé un vieux modem… qui fonctionnait à peine ! » Carl-Johan Fogelklou.
Après les turbulences des dernières années, MANDO DIAO a trouvé une énergie et une inspiration nouvelles en retournant dans un studio classique pour jouer comme en live et replonger dans ses vieilles influences. Avec son mélange d’instruments rétro et de techniques de production modernes, le nouvel album flirte avec des sonorités rock’n’roll classiques en restant en phase avec 2017.

facebook.com
mandodiao.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *