Le nouvel EP de Yamin Alma « Losing Control »

Yamin est un musicien né. Voilà ça devrait vous suffire, mais ça fait un peu court niveau présentation.

Être bicéphale à l’aura évidente, il tangue avec les flots entre univers acoustique et électrique. Evidemment, avant la grande aventure solo, il a officié dans quelques formations, mettant son jeu de guitare au service d’autrui, il a joué dans de nombreux festivals et écumé diverses salles moites et vespérale.
Grand voyageur, il posa ses flights cases dans la cité brumeuse qui a donné ces lettres de noblesse aux swinging sixties. London. Yamin s’est enveloppé dans cette vie de nomade Londonien, laissant le flux de cette mégapole le diriger sans le contraindre. Tel un Dylan, qui à ses débuts écumait les bars de Greenwich Village, du New York du début des sixties encore vierge, Yamin Alma, reproduit le parcours des glorieux héros, dans les cafés-concerts de la capitale aux briques rouges.
Jimmy Pallagrosi, batteur phénoménal et reconnu sur la scène internationale, craqua pour la personnalité et les chansons de Yamin. Il décida de diriger ses fûts dans le trio naissant, « The Love Machines », avec le soutien du bassiste Josh Bergson. Les diverses scènes qui les ont accueilli en portent encore les stigmates.
 Le tube « Losing Control » qui s’incruste aussi facilement dans nos cerveaux qu’une lame dans du beurre demi sel, résume la sainte trilogie selon Yamin Alma. Mélodie, personnalité vocale, groove.
Eh oui ! la mélodie. C’est LA grande question en musique, non ! Sinon pourquoi serions nous encore à genou devant l’intégrale de Beatles 60 ans après. La mélodie c’est sa force première. Qu’elle soit amenée de façon martiale par son trio ou juste éthérée en acoustique, les chansons sont là. Et c’est tout ce qu’on désire. Des putains de vraies chansons et non des ersatz de compos ras du plancher.
Son dernier coup de maître, son album 8 titres, « Into The Blue ».
Dans ces huit titres on découvre une atmosphère sereine et emplie de sagesse. Des chansons oscillant entre un Nick Drake, un Neil Young et quelquefois plus proche de nous, un Angus et Julia Stone.
Yamin Alma revient en force en cette rentrée de septembre avec son nouvel EP  « Love Ascension » et ses 5 titres qui résonnent en autant de grands moments de musique.

Ne tardez pas à découvrir Yamin car la rampe de lancement est maintenant bien arrimée et le chemin tout tracé pour la comète Alma.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *