KELLY LEE OWENS : nouveau phénomène de la musique électronique

A 29 ans, la Galloise Kelly Lee Owens, désormais installée à Londres, sort son premier album de musiqueélectronique sobrement baptisé “Kelly Lee Owens”. Un bijou de fluidité aquatique.

Sans même le savoir, vous avez probablement déjà entendu, ces dernières années, le travail de Kelly​ Lee Owens : la productrice londonienne de 27 ans a par exemple contribué vocalement et à l’écriture de plusieurs morceaux du magicien de la techno Daniel​ Avery​ sur son premier album Drone​ Logic (2014), avant de faire parler d’elle avec quelques singles 12″, qui démontraient tout son talent pour la pop spectrale et hallucinatoire.
Avec “Oleic​​”, sa première sortie sur Smalltown​ Supersound​, Owens montre ses muscles de productrice dance avec quatre gros morceaux de musique électronique pulpeuse.
Si son précédent single « Arthur » (qui illustrait le défilé de la collection automne/hiver 2016 d’Alexander McQueen) tirait plus du côté de la house music expansive, l’EP “Oleic” voit une Owens plus plongée dans des basses caverneuses, un phrasé mélodique, et de nombreuses couches de synthé. En quatre titres – “CBM”, une version retravaillée du “Kingsize” de Jenny Hval (nommé “Best New Track” par Pitchfork), “Elliptic”, et le titre éponyme de l’EP – “Oleic” démontre tout le savoir d’Owens quand il s’agit de dance music, passée, présente, mais surtout future.
L’EP “Oleic” de Kelly Lee Owens sortira le 21 octobre via Smalltown Supersound, mais est déjà disponible à la précommande. Le titre “Kingsize” est une exclusivité du 12” (déjà disponible en digitally). Écoutez ici le single, « C.B.M. », un titre aux snares épais, où les incantations d’Owen arrivent parfois à transpercer le brouillard.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *