IN THE CANOPY dévoile son premier album ‘Talking Monkeys’

Talking Monkeys nous ramène à notre qualité de singe bavard et traque l’animalité réprimée qui sommeille en chacun de nous. Formé à Paris en 2011 par Joachim Müllner et Thomas Martinez peu à peu rejoints par Erwan Karren, Thomas Chalindar et Maxime Lunel, In The Canopy dévoile aujourd’hui son premier album.

Dans la continuité de leurs 2 premiers EP Never Return et The Light Through, les 5 canopiens ont écrit les 10 morceaux de cet album comme autant d’épopées. La richesse des émotions rencontrées se développe autour des ruptures rythmiques et mélodiques qui font la marque de fabrique de leurs récits. Le rock indé d’In The Canopy est riche de ses influences folk, rock progressif et pop indé.

A l’image de cette canopée fantasmée, perchée entre ciel et terre, la musique d’In The Canopy évoque autant le rock progressif de Led Zeppelin que les complexes harmonies vocales de Fleet Foxes, Archive, Syd Matters, Radiohead ou encore Tame Impala. De là haut, les canopiens se rêvent un avant-poste de choix pour étudier le monde du contre bas.

Mûs par une volonté politique et poétique élévatrices, ils développent dans cet album des thématiques telles que la déconstruction des stéréotypes, la critique du capitalisme et des rapports de pouvoir, mais également la proposition de dynamiques élévatrices, distanciées, et apaisées sont ainsi les thématiques structurelles de cet opus. Ce voyage musical offre autant de chemins de traverse que de voies rapides vers la tendresse et la dureté, le calme, le fracas et la distorsion, le concret et l’onirique, le planant et le percutant, le sombre et le lumineux.

Ce 1er album autoproduit, réalisé dans le fief du groupe au Studio Mastoid à Pantin, est le résultat d’un processus de création collectif dont l’ambition s’est creusée au confluent des identités singulières de chacun de ses membres. Des singes bavards, avec donc une formidable capacité de créer, de coopérer, d’inventer, ensemble pour des projets respectueux de notre habitat terrestre. En vue… Les cimes de la perception.

facebook

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *