Goodbye Moscow se lance dans « L’Univers », entre poésie et onirisme

Goodbye Moscow, porté par le musicien Benjamin Hutter, dévoile un premier album, L’Univers, un condensé poétique, sensuel et onirique.

Délivré dans une pop en français, son regard sur le monde et sur son moi intérieur constitue une véritable mise à nu.

Musicien depuis toujours, possédé de danse, Benjamin Hutter a fait naître le projet Goodbye Moscow sur la vague nostalgique de son retour de Russie où il a vécu plusieurs années intenses. Il était parti en Russie les yeux fermés, sur un coup de tête, sans parler un mot de russe. Il y restera finalement plusieurs années avant de revenir en France, en posant ses valises à Bruxelles puis à Lyon.

Après une série de concerts allant de l’intimité d’appartements bruxellois à de grands festivals tels que le Brussels Summer Festival ou les Francofolies de Spa, en passant par des premières parties remarquées (notamment une très belle combinaison avec Adam Naas), la sortie de l’album L’Univers marque l’envol de ce jeune auteur-compositeur interprète.

On entend dans cet album l’amour et la tendressela passion naissante dans les rues de Moscou, mais aussi des questionnements sur le temps et notre place dans l’Univers.

Un véritable condensé d’émotions douces et de sensations fortes, de sons du quotidien et de grandes orchestrations.

A l’image d’Agatha, pépite douce, qui sonne comme une ôde à la paternité ou L’océan, titre radiophonique qui pourrait séduire un large public.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *