Archives pour la catégorie Artistes

MPM Producer L’artiste révèle son premier EP, “Reborn”

Né en 1987, Marco Porrà, connu sous le nom de MPM Producer, produit et mixe ses propres œuvres. Cet artiste a passé dix ans dans un groupe de punk rock nommé Wallcrush en tant que chanteur, guitariste et auteur-compositeur, tout en étudiant pour obtenir un diplôme en musique électronique et en ingénierie du son. 

Il a ensuite passé les années qui ont suivi dans son propre studio, enregistrant et composant de la musique pour divers clients. Après cela et avec l’expérience acquise, MPM Producer a commencé à être un projet en soi, mélangeant le punk rock et d’autres genres modernes comme le hip hop

Après la sortie de deux vidéos pour les chansons « Reborn » et « Lives on Air », MPM Producer dévoile son premier EP, intitulé “Reborn”. Cet EP est essentiellement une sortie punk rock moderne, où guitares et batterie rencontrent des atmosphères urbaines, trap et électroniques. Les paroles se concentrent quant à elles sur des réflexions et  expériences personnelles. 

🎵 “Reborn” sur Spotify: 
https://open.spotify.com/album/0f6qNLhgIQKZwyd167Y6QS?si=EYBBBMRfTTmbKHsqmYy8EA

THE VEIN : Nouveau single « Venin » disponible

Artiste complet, présent à chaque étape de la réalisation de son projet. Aimeric Miriel, alias The Vein se veut auteur, compositeur, interprète, producteur et même vidéaste.

Dans son premier EP éponyme sorti en début d’année, on retrouve un mélange de textures, une alternance entre textes en français et en anglais, sonorités pop et énergie trap, nappes douces et cristallines entourées de percussions hip hop et futuristes.
 
Ce vendredi 5 juin est sorti Venin, nouveau titre dans lequel The Vein parle d’angoisse et de désillusion, comme un réveil flou après avoir dansé toute la nuit et que la réalité s’impose à nous, plus matérielle, moins romantique.
 
Dans le clip, qu’Aimeric veut comme une fuite en avant, The Vein se positionne comme un streamer sur twitch, jouant d’abord à des jeux en deux dimensions dans lesquels les personnages commencent par évoluer en 2D vers la droite, puis les jeux passent en 3D et les personnages vont maintenant vers l’avant, comme si l’espoir et la motivation qui faisait défaut au réel pouvait se retrouver dans une course virtuelle et infinie, qui finit dans les airs et dans la célébration.
 
Pour monter cette vidéo, qui lui a pris plus de deux mois complets de travail, The Vein a regroupé les images de plus de 200 jeux-vidéos qui l’ont marqué ou qui ont eu un impact sur l’histoire du jeu vidéo. De Zelda à Metal Gear Solid en passant par d’autres franchises moins connues comme Gravity Rush, c’est toute l’histoire du gaming qu’on va pouvoir traverser dans cette vidéo.
 
Venin est également disponible à l’écoute sur toutes les plateformes (Spotify, Deezer, Apple Music…)

https://www.instagram.com/theveinmusic/

TWONE : Single « FAIM, UN PEU » DISPONIBLE

Tout a commencé un jour de juin 1995 chez un ami commun, propriétaire de restaurant, elle médiatiquement connue dans le milieu politique, lui dans le monde de la finance. Le restaurateur leur proposa de prendre un café ensemble. L’occasion de faire brièvement connaissance et de ne plus être des inconnus pour une hypothétique prochaine fois.
 C’est bien connu, le hasard fait souvent bien les choses, même s’il fallut attendre dix longues années. On garde le même cadre : un restaurant. Le temps du café fut un peu plus long et les regards plus soutenus…, mais les désirs s’arrêtèrent au niveau des yeux.
 Huit autres longues années. Peut-on encore parler de hasard ? Ils se retrouvent à deux tables voisines lors d’un repas de soutien. Le maître de céans voyant qu’ils se connaissaient proposa de les placer à la même table. Il refusa, mais… l’appela le lendemain pour lui proposer un repas avec plus d’intimité.

Première « vraie » rencontre dans un cadre idyllique, première soirée où les sensations ne se limitent plus qu’au simple regard… A la fin du repas, les sens en effervescence les amènent à un premier baiser. Leurs vies affectives respectives étant engagées, les frissons s’arrêtaient là, tel des ricochets de sensualité absorbés passionnément, mais inexorablement, par une onde qui n’a pas pour vocation de perdurer.
Hasard ou… destin… ? Nous sommes en mai 2018, un papier tombe de son tiroir. Il reconnaît la carte de visite du restaurant au cadre idyllique. Les ricochets refont surface. Sans rien savoir de sa vie amoureuse, il décide de l’appeler.

Leurs vies affectives étant en convalescence, plus rien ne les arrête et les ricochets se transforment en explosion, en vertige, en spasmes effrénés… Et depuis ce 26 mai 2018, ils ne se quittent plus. Hasard ou destin ? Le premier titre de chanson qu’on leur propose : « Faim , un peu  »…

Disponible sur Apple Music, Spotify, Deezer

Avec Flashback, Stéphanie Sandoz inverse le cours du temps et nous offre un voyage entre deux mondes…

Flashback est un titre réinventé par l’artiste pendant le confinement de la crise du Covid-19. Quelque part entre hier et demain…
Interprète, auteure, mélodiste & globe-trotter, Stéphanie Sandoz dévoile avec Flashback une pop électro aux accents eighties : un titre frais et entraînant pour danser tout l’été !
Un son également mis en lumière dans un clip graphique, réalisé par Pascal Magone, où l’artiste se livre au naturel ou se transforme tour à tour en Disco Queen ou en Lili Marleen.

Tchakø – Les mots bleus

Tchako a 24 ans, « une phrase inutile » qui pourtant en dit long sur les talents précoces de cet artiste complet.  

Originaire d’Albanie, il grandit dans une famille de musiciens et d’artistes. La voix lyrique de sa mère résonne tout autour, des plus grandes scènes du pays jusqu’à l’opéra de la Diva Plavalaguna dans le Cinquième Elément. Mais Tchako veut se former sa propre oreille.

Il écoute beaucoup de musique, en joue souvent, apprend le piano. Des claviers au clavier il n’y a qu’un pas, alors sur son ordinateur il bidouille, recherche, sample, invente et se réinvente, part étudier le son à la Point Blank Music School de Londres et finit par produire.  
Ses premiers morceaux sont atmosphériques, jouent des contrastes. Entre l’apesanteur et l’urgence, la rêverie et le cauchemar, le léger et le brutal, il explore les émotions comme on entreprend un long voyage.

La musique électronique lui permet de transcender l’ensemble de ses passions : des influences musicales sans limite, une approche très cinématographique, la recherche quasi chirurgicale du son parfait, une attention inconditionnelle portée aux arrangements et un amour profond pour les mélodies. 
Tout comme il a pris possession de son corps en le couvrant d’encre bleue, il illustre sa musique par la vidéo et la photographie. Single après single il construit sa carrière comme on réalise un film : en ajoutant un nouvel angle, en intégrant un nouveau personnage.

Aujourd’hui celui qu’il invente fait entendre sa voix. Si elle rythmait déjà certaines de ses productions passées, elle est aujourd’hui parfaitement audible, assumée, et se glisse dans les mots du géant Christophe, avec force et humilité à la fois. 
« Les Mots Bleus » est un nouveau rebondissement dans l’intrigue Tchako. Comme un aparté dans le texte, une didascalie qui, comme souvent, en dit beaucoup plus qu’il n’y parait. 
Christophe était de ces artistes novateurs qui s’affranchissent des codes, mélangent les cordes et la musique électronique, naviguent à vue au gré des rencontres, et s’aventurent sur des territoires qu’eux-même ne connaissent pas. 

Tchako lui a 24 ans, « une phrase inutile » en apparence qui pourtant signifie que ces Mots Bleus, nés 20 ans avant lui, trouvent plus que jamais une résonance particulière chez les nouveaux aventuriers de la musique. Par delà les âges, par delà les genres.

https://www.instagram.com/tchakomusic/?hl=fr